Retour sur 2009

Un extrait vidéo du spectacle 2009 « A l’abri des bouchures »

Voilà cela a été fait !

photo

L’événement, puisque c’en est un, s’est déroulé sans la moindre difficulté. Près de 5 000 spectateurs ont pu apprécier ces Nuits du Berry et les éloges ont été unanimes au point que nous sommes encore tout étonnés d’avoir réussi ce tour de force de réunir tant de monde sur scène et tant de spectateurs dans cette magnifique salle de M.A.CH 36.

mach36

Lorsque le tambour a commencé à résonner, nos cœurs se sont mis à battre à l’unisson. Pendant plus de deux heures danseurs, chanteurs et musiciens ont su démontrer que le Berry pouvait être fier de sa culture passée, présente et future et qu’il acceptait ce métissage, en particulier musical, sans lequel toute tradition n’est plus que l’expression figée et poussiéreuse d’un hypothétique âge d’or.

DSC_0394

Car il fallait oser cette alliance entre l’ancien et le moderne, entre une culture codifiée, parfois bridée par un strict respect d’une tradition érigée en dogme, et l’inventivité de figures de danse ou de musiques résolument nouvelles. Même si la bourrée à 64 ne correspond pas nécessairement à l’idée que certains puristes se font du passé, elle a su démontrer qu’il est possible d’incorporer des éléments attestés par tous comme les pas de base ou certaines figures chorégraphiques, à une mise en espace originale et visuellement novatrice.

IMGP4563

Quel bonheur de voir près de 170 danseurs évoluer dans une harmonie quasi parfaite (mais la perfection est-elle de ce monde ?), emplissant l’espace de leur énergie et de leur joie de danser ensemble. La diversité des costumes, reflet chatoyant des différents terroirs, rehaussée par un éclairage superbe ajoutait encore au côté festif de ces danses de groupe.

IMGP3877

Et que dire de la musique, somptueuse sans grandiloquence, inventive sans discordance, interprétée à la perfection, une partition en très grande partie originale dont on peut affirmer qu’elle appartient déjà à cette nouvelle tradition tant elle a su amalgamer une composition parfois très classique et des alliances originales. Quel bel orchestre auquel, sur une ossature traditionnelle, on a su adjoindre de nouveaux instruments au point qu’on s’est pris à rêver en entendant des orchestrations quasi symphoniques. Les airs traditionnels, souvent joués par de petites formations, prenaient alors une ampleur inattendue qui permettait d’en redécouvrir de nouvelles facettes.

DSC_0321

Le chant enfin, ponctuant le spectacle par la beauté de certaines polyphonies, valorisant le caractère enjoué de certaines ritournelles, s’immisçant dans la solennité de certains passages comme pour rappeler la simplicité et la beauté des voix nues. A titre d’exemple, nombreux sont les spectateurs qui ont ressenti une réelle émotion en entendant la valse lente du «boiteux» sur laquelle les couples dansaient avec sobriété, isolés dans leur rond de lumière, comme s’ils étaient seuls au monde et qu’ils accentuaient encore plus la solitude et la mélancolie du boiteux dont les voix pures et cristallines d’Alinéa susurraient la triste histoire.

DSC_0045

Et puis, comme pour ponctuer cette histoire sans cesse recommencée de la vie dans et autour des bouchures, des évocations parlées, parfois nostalgiques, comme cet hommage assumé aux talents de conteur d’un Jean-Louis Boncœur, où ces échanges mettant en valeur l’expression du peuple des campagnes voire la poésie toute simple des amoureux de ce Berry immuable mais pourtant vivant.

DSC_0029

Rien de tout ce qui a émerveillé les spectateurs, le mot n’est pas trop fort car nous l’avons entendu et nous en sommes fiers, n’aurait pu être aussi parfait sans l’appui des nombreux bénévoles qui se sont donnés, depuis des mois, comme mission de rendre ce premier rendez-vous inoubliable. Et il faut rendre grâce à tous ceux qui, dans l’ombre, ont participé aux aspects plus techniques, moins gratifiant en apparence, mais au combien indispensables, qui ont fait que spectateurs et participants ont pu profiter pleinement de cette manifestation d’une ampleur qu’on n’avait jamais connue en Berry.

IMGP3889

Les Nuits du Berry 2009 se sont achevées sur un sentiment de fierté et de joie mêlées. Mais la fête n’est pas finie et l’envie de se retrouver est présente, bien réelle. Car on ne peut avoir vécu ces instants inoubliables sans se dire que tout n’est qu’au début, au commencement d’un nouvel élan que rien, ne pourra stopper.

Les Nuits du Berry sont mortes, vivent les Nuits du Berry, car c’est bien à l’image d’un nouveau règne, vers un nouveau départ et de nouvelles aventures que nous vous convierons.

Foi de chêne, on ne nous abattra pas aussi facilement, d’autant plus que nous avons la jeunesse avec nous et l’avenir devant nous.

Alain Barrault, Président d’En Berry d’Hier à Demain (2008-2013)

 

Laisser un commentaire